Les raisons pour lesquelles l’identifiant BankID doit évoluer

Les municipalités, les départements et les autorités gouvernementales suédoises ont une échéance importante à respecter : le 30 juin, l’accord sur le document d’identité électronique va expirer et les e-services publics risquent de fonctionner dans une situation de non-accord.

Voici pourquoi :

1. Les Autorités et les fournisseurs ont des considérations différentes

Depuis le début, on pensait qu’une Identité électronique (eID) suédoise remplacerait le système BankID et l’identité électronique Telia. Mais d’importants services publics comme le service de Sécurité Sociale n’ont pas adhéré aux solutions de sécurité sur lesquelles l’eID suédoise se basait alors que les fournisseurs comme BankID et Telia voulaient que leurs clients continuent à utiliser leurs solutions propriétaires. Les modalités de rémunération ont également été critiquées – pour certaines autorités, le contrat pour l’eID suédois serait trop cher.

2. Le Conseil Suédois pour l’identification électronique a tenté de mettre les parties d’accord

Le concept d’eID suédoise visait à rendre plus simple l’accès aux e-services, et à passer d’un format propriétaire à opensource. Bien que le Conseil Suédois pour l’identification électronique ait réalisé un travail important en 2015 pour trouver un compromis entre les parties, il n’est cependant pas arrivé à accorder un nombre suffisant d’autorités et de fournisseurs de services, d’après Eva Sartorius, responsable des stratégies auprès du Conseil d’identification électronique.

3. Le gouvernement est alors intervenu

L’hiver dernier le gouvernement a exigé qu’une solution pour le court et le long terme soit trouvée. À court terme, la solution serait de sécuriser la connexion aux services publics électroniques, ainsi que les procédures de signature avec une solution temporaire de deux ans, et à long terme, le travail sur les questions de sécurité, le coût pour les autorités et la tentative d’apaiser les principaux fournisseurs de service continueraient.

4. Le monopole est maintenant sur le point d’être rompu

Actuellement, le Conseil Suédois pour l’identification électronique est en train de revoir les termes et conditions commerciales pour l’identification électronique suédoise. Le gouvernement souhaite clairement que davantage de fournisseurs de service soient partie prenante afin de casser la domination de BankID sur le marché.

« La mission du gouvernement est d’arriver à la coexistence de plusieurs alternatives, si bien que chacun puisse utiliser l’identification électronique. Ni le gouvernement, ni le conseil ne se satisferont d’un nombre de fournisseurs de service aussi faible, affirme Eva Sartorius. La mission du gouvernement est de s’efforcer de trouver plusieurs possibilités afin que tout le monde puisse utiliser l’identification d’identité électronique. Ni le gouvernement ni le Conseil ne se contenteront d’avoir si peu de fournisseurs d’identification d’identité électronique », affirme Eva Sartorius.


120 millions de connexions

Au total, plus de 120 millions de connexions sont effectuées chaque année, la plupart avec BankID, vers les autorités suédoises. Parmi elles, 40 millions concernent le service suédois de Sécurité Sociale, et 31 millions vers le service des impôts.

11 émetteurs

Actuellement, il existe 11 émetteurs d’identification électronique. 4 banques proposent le service BankID, dont 3 comme une solution temporaire. Même Telia propose des solutions temporaires.

Published 12/8 2016

News and Blog